Media(twit)tor : Couvrir le procès d’un scandale sanitaire entre médias et médias sociaux

Article rédigé par Solène Lellinger, Caroline Sala, Zuling Liao, Christian Bonah

Que reste-t-il d’un scandale sanitaire dans l’espace public dix ans après ? Qui évoque le procès du Mediator® et comment ? Quelle est la place des réseaux sociaux dans le suivi d’un tel procès ?

Le 23 septembre 2019, s’ouvre le procès du Mediator. Ce procès se déroule près de dix ans jours pour jours après le retrait de ce médicament du marché français.

Dans la continuité des travaux menés concernant l’étude de la non-reconnaissance des effets indésirables du Mediator (https://publication-theses.unistra.fr/public/theses_doctorat/2018/LELLINGER_Solene_2018_ED519.pdf ), nous nous sommes questionnés sur ce qui reste visible dans l’espace public lorsque s’ouvre un procès 10 ans après l’émergence d’un scandale sanitaire. Quelle mémoire médiatique existe-t-il  ? Que permettent les nouveaux outils de communications tels que les réseaux sociaux ?

Pour ce faire, nous avons établi une convention avec le service du dépôt légal du web (DLWeb) de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) afin d’effectuer une collecte ciblée et à froid (programmée avant l’évènement) sur le réseau social Twitter dans le cadre du projet financé par des fonds européen intitulé BodyCapital. BodyCapital interroge les politiques corporelles et sanitaires dans une Europe audio-visuelle du 20e siècle. A travers trois périodes audiovisuelles et de communication de masse – film, télévision, le web- un groupe d’historien.ne.s étudie le rôle joué par les médias de masse modernes, en particulier dans le domaine visuel, dans la transformation de nos corps en un capital santé. Plus spécifiquement, le sous projet Media(twit)tor cherche à analyser dans la communication autour du procès du Mediator® la place accordée aux personnes devenues victimes du maintien sur le marché d’un médicament dont les évènements indésirables graves étaient connus.

Méthode :

Une collecte ciblée a été réalisée du 18/09/2019 au 30/09/2021 par l’équipe du dépôt légal du web de l’INA. Ce choix méthodologique repose sur l’articulation de plusieurs éléments :

  • le cadre règlementaire du Dépôt Légal du web, faisant de l’INA le dépositaire des archives audiovisuelles et Twitter
  • les compétences techniques : nous n’étions pas en capacité technique de collecter et héberger ces données
  • la pérennité et l’accessibilité des données : la collecte étant de fait versée aux collections de l’INA et consultables depuis l’application DLWeb.

Capture de l’interface du DLWeb de l’INA

A partir d’une bonne connaissance du sujet, nous avons identifié en amont de la collecte une série raisonnée de comptes d’utilisateurs (ex : @Servier, des comptes de journalistes) et des hashtags à suivre (ex : #Mediator, #Frachon, #Servier). Cette méthodologie diffère de certains travaux d’historiens du web qui étudient par exemple un seul hashtag au cours d’une période pour étudier un événement circonscrit dans le temps.

Les tweets collectés nous ont été mis à disposition par l’équipe du dépôt légal du web de l’INA. En raison de la sélection initiale large de comptes, un nettoyage des données s’est avéré nécessaire. Un compte suivi était susceptible de publier des tweets sur d’autres sujets. De même, la présence même d’un #Mediator a fait émerger un ensemble de données destinées plutôt aux mélomanes ou à la médiation (mediator référent au médiateur en anglais).

Les fichiers .json de la collecte INA ont été importés dans une application (JupyterNotebook) permettant de « nettoyer » et étudier les données à partir de lignes de commandes spécifiques. Régis Witz, ingénieur informaticien à la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme en Alsace a configuré une espace Git (https://git.unistra.fr/community/ina-import) mettant à disposition l’importeur pour ces données (un script permettant de transformer le fichier .json en données visualisables sous forme de tableau).

Le travail de nettoyage des données a été effectué par Zuling Liao, stagiaire en traitement informatique des langues. Après nettoyage, la collecte était constitué de 25 779 tweets d’intérêt. Ceux-ci peuvent être répartis en deux catégories : les tweets originaux et les retweets.

Processus de nettoyage du corpus

Avant de revenir sur le procès et l’analyse de cette collecte, il est important d’apporter quelques éléments de contexte sur ce médicament.

Retour sur l’histoire du Mediator

Dérivé de l’amphétamine, ce médicament, est commercialisé par les laboratoires Servier en septembre 1976. À cette époque, les laboratoires Servier axent leurs recherches dans plusieurs domaines, notamment les maladies cardiovasculaires et les troubles du métabolisme.

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/orc8711022299/inauguration-usine-gidy-des-laboratoires-servier

Initialement présenté comme un traitement d’ensemble des troubles du métabolisme, le Mediator® possède une activité dans la perte de poids (anorexigène). Durant ses années de commercialisation, son autorisation de mise sur le marché évolue, faisant varier ses indications, sans pour autant que ses activités dans la perte de poids ne soient reconnues administrativement.

En parallèle, d’autres dérivés d’amphétamines – cousins du Mediator et autorisés eux comme anorexigènes – sont retirés du marché à la fin des années 1990.

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/cab97128322/coupe-faim-interdits

Ce retrait engendre un essor de l’usage hors autorisation de mise sur le marché du Mediator comme anorexigène. Règlementairement non identifié comme anorexigène, la molécule est la seule de cette famille de médicaments restée sur le marché.

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/dj00001244078/enquete-de-l-urcam-utilisation-abusive-du-mediator

Malgré des premiers signalements en 1999, il faut attendre 2007 et l’alerte lancée par une équipe médicale du CHU de Brest pour amener, non sans difficultés, au retrait de la molécule du marché le 30 novembre 2009.

Un an après le retrait, une thèse de pharmacie, puis une étude de la caisse nationale d’assurance maladie apporte des éléments sur les premières estimations du nombre de décès.

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/4328934001005/sante-publique-le-mediator-responsable-de-500-deces-en-france

et

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/4328910001003/dr-irene-frachon

Il en résulte une forte réponse politique avec la mise en place d’une enquête par l’Inspection Générale des affaires sociales (IGAS) ouvrant la voie vers une réforme de la régulation des médicaments en France et la création d’une nouvelle agence de régulation suite à l’accusation de prise illégale d’intérêts de l’ancienne Agence du médicament (AFSSAPS).

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/4486636001040/rapport-de-l-igas-pour-la-reforme-du-systeme-francais-du-medicament

Le 11 septembre 2011, une instruction juridique est ouverte à l’encontre des laboratoires Servier et du dirigeant de l’entreprise, Jacques Servier. Puis, sont déposé des plaintes également contre les responsables de l’AFSSAPS.

Cette mise en accusation s’inscrit dans la continuité d’un ensemble de réaction médiatiques et politiques faisant suite au retrait du Mediator® (benfluorex) en novembre 2009.

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/4549320001004/mediator-jacques-servier-mis-en-examen

Suivre un procès sur Twitter

  • Temporalités de la collecte et temporalités du procès

La temporalité de la collecte reprend celle du procès avec les ajustements nécessaires au cours de la période en raison de l’émergence de la pandémie du Covid-19. Notre analyse se concentre sur la période de tenue du procès au Tribunal de Grande Instance de Paris entre le 23 septembre 2019 et le 6 juillet 2020 – l’analyse des données porte jusqu’au début du mois d’août les réactions médiatiques pouvant s’étendre au-delà de la dernière audition.

Si l’on met en relation le nombre de tweets par jours avec le calendrier du procès, on observe un intérêt du réseau social Twitter plus ou moins marqué en fonction des étapes du procès.

 L’ouverture du procès constitue le point culminant des réactions sur twitter. Puis, l’attention varie en fonction des auditions réalisées. On note par exemple un intérêt particulier pour les auditions du Dr Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest et lanceuse d’alerte concernant la dangerosité du Mediator, du responsable du laboratoire Servier (Jean-Philippe Seta) d’un ancien responsable de l’agence du médicament (Jean-Michel Alexandre) et du ministre de la Santé (Xavier Bertrand)

  • Qui parle du procès ?

Les 20 comptes les plus actifs de notre collecte sont majoritairement ceux de journalistes couvrant régulièrement le procès par des live-tweets (Alexandre Fache – @alexfache, Violaine Jossent – @ViolaineJ ou encore Corrine Audouin – @cocale). On identifie également des journalistes de presse médicale telle que l’Agence de Presse Médicale (APM). Enfin on observe des associations de patients sans lien avec le Mediator (Du pouvoir d’achat).

Nuage de mots des comptes les plus actifs

Les comptes des journalistes sont par ailleurs les plus mentionnés dans tous types de tweets.

Les comptes Twitter les plus mentionnés dans d’autres tweets en nombre de tweets absolu

L’analyse des hashtags les plus utilisés laisse sans surprise apparaître les hashtags ciblés « Mediator » par la collecte mais nombre des hashtags font des liens avec l’actualité notamment l’arrivée du Covid-19 et des liens avec d’autres médicaments suscitant ou ayant suscité par ailleurs un intérêt médiatique important (#Depakine, #Levothyrox).

Les hashtags les plus utilisés (nombre de Tweets)

Evolution en pourcentage du nombre de Tweets par # pour l’ensemble de la collecte avant le nettoyage

  • Intermedialité, audiovisuels et transferts d’un média à l’autre

Notre attention était particulièrement orientée vers les audiovisuels qui circulaient sur Twitter. 6% des tweets contenus dans le corpus contiennent des vidéos, 23% contiennent des images et 3% des GIF.

En étudiant de plus près les vidéos circulantes, nous avons pu identifier des contenus spécifiquement produits pour une circulation sur internet et Twitter, par exemple les vidéos de l’INA, qui figurent en 12ème position des vidéos ayant le plus circulé :

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/s853771_001/mediator-a-l-origine-du-scandale

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/s856063_001/scandale-sanitaire-avant-le-mediator-l-isomeride

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/man4576045718/retour-vers-l-info-avec-irene-frachon

Un deuxième phénomène concerne les transferts trans-médias. Des séquences initialement présentées dans des journaux télévisés sont ensuite rédiffusées sur le web parfois avec certains ajustements.

Un exemple significatif. Les victimes du Mediator sont présentes à la télévision avant l’ouverture du procès notamment sous forme de portraits, articulés à des rappels des faits. En revanche, le jour de l’ouverture du procès, ce sont les images du tribunal et des accusés qui dominent dans les médias télévisuels. Les victimes deviennent ainsi invisibles.

L’étude parallèle des médias sociaux montre en revanche que le jour de l’ouverture du procès ce sont les Tweets qui ramènent les victimes au centre de l’attention en faisant recirculer les images des journaux télévisés diffusés trois jours avant. Cette attention alternative du média social produit une contre-image aux reportages télévisuels publics. La rémobilisation de télévisuels précédents inverse l’agenda télévisuel. Ce sont les réseaux sociaux qui se mobilisent pour la présence des victimes alors même que celles-ci sont peu présentes et peu mobilisées sur les réseaux sociaux.

Capture Twitter le 23/09/2019 (en haut à droite) Journal télévisé de 20h France 2 le 19/09/2019 (en arrière-plan) (capture à 10min20)

Ce résultat montre à la fois la différence et la complémentarité entre médias et médias sociaux.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
claudemussou (19 décembre 2023). Media(twit)tor : Couvrir le procès d’un scandale sanitaire entre médias et médias sociaux. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vemc


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search