Les archives écrites de Serge Viallet consultables à l’INA thèque

L’intégralité des archives écrites du réalisateur de Mystères d’Archives sont désormais disponibles à la consultation à l’INA thèque.

Article écrit par Florence Buisset et Nicolas Vincent-Falquet, documentalistes multimédia – Archives écrites – Direction des Patrimoines.

« Après seize ans de Mystères d’Archives, j’ai l’impression de rentrer d’une longue expédition dans un espace géographique immense – vingt pays, plus la Lune – et dans un espace-temps de plus d’un siècle – d’un voyage du président Félix Faure, en 1897, aux funérailles du commandant Massoud, en 2001. Je souhaite désormais transmettre les connaissances que j’ai acquises (…) En mettant également à la disposition du grand public toute la documentation collectée au cours de ces années : trente et un mètres de dossiers, qui seront dès cet automne à l’INAthèque (…) La collection Mystères d’Archives ayant été permise par la service public, il importait qu’elle devienne une archive à la disposition de tous. » (1)

Serge Viallet

Né en 1952 à Paris, Serge Viallet suit des études de cinéma à l’Ecole nationale Louis Lumière, section « Prise de vue cinéma », de 1971 et 1973. Il y acquiert les outils nécessaires pour faire de l’image et du son. Son premier court-métrage, Les Deux miroirs, accompagne le film de Federico Fellini Amarcord à sa sortie en salle en 1974. Les Deux miroirs propose la reconstitution en studio de tableaux de maîtres hollandais du XVIIe siècle pour les questionner et interroger leur “hors-champ”.

De 1973 à 1975, Serge Viallet effectue son service militaire à Bangkok, à la Direction de la Cinémathèque des courts-métrages de l’Ambassade de France.

A son retour en France, courts et longs métrages, films pour l’industrie et premiers documentaires en tant que chef opérateur se succèdent. De 1979 à 1989, il réalise des reportages de terrain pour Médecins sans Frontières.

A partir de 1989, en réalisant ses premiers films documentaires, il met en lumière différents épisodes tragiques des guerres qui ont ravagé l’Asie de 1931 à 1945, et se sont mêlés au conflit mondial sous le nom de Guerre du Pacifique. S’appuyant sur des images d’archives et sur quelques 400 témoins de 10 nationalités rencontrés en 15 ans en Asie, Etats-Unis et en Europe, le réalisateur confronte des « mémoires », des « vérités » pour aller au-delà de l’histoire officielle. Il évoque ainsi l’histoire du pont de la rivière Kwaï, les suicides collectifs de civils japonais sur l’île de Saïpan, l’après explosion à Nagasaki de la deuxième bombe atomique, les expérimentations secrètes de l’Unité 731 de l’armée japonaise en Mandchourie pour la production d’armes chimiques et bactériologiques, la signature de l’acte de capitulation du Japon, le Japon sous les décombres et le sac de Nankin.

« Avant d’interroger des images, j’ai questionné pendant quinze ans des femmes et des hommes ayant vécu des événements très douloureux dans une dizaine de pays d’Asie de l’Est, de 1931 à 1945. J’ai rencontré quatre cents personnes ; j’en ai filmé cent vingt, et certaines me hantent. Comme ce jeune cheminot arrivé le matin de la bombe atomique à Nagasaki, où l’attendait sa mère. Quand j’ai évoqué les trains qui circulaient ce jour-là, sa mémoire est remontée à la surface. Il m’a pris la main, des larmes ont envahi son visage et un flot de paroles est sorti de sa bouche. » (2)

En 2001, il réalise une série documentaire, avec Jérôme Kuehl comme auteur, La Grande Aventure de la Presse Filmée, une série documentaire de 4 films de 52 minutes diffusée sur France 3.

A partir de 2006, il entreprend la conception de la collection Mystères d’Archives, coproduction INA/ARTE. La réalisation de cette collection documentaire de 65 épisodes à base d’archives film et vidéo va se prolonger jusqu’en 2022. Serge Viallet et son équipe s’installent dans ce qu’il nomme l’atelier : trois pièces aux étagères alourdies de dossiers soigneusement étiquetés et aux murs tapissés de photos du D-Day, d’Abou Simbel ou de John Fitzgerald Kennedy à Berlin, au sein de l’Institut National de l’Audiovisuel, à Bry-sur-Marne.

Mystères d’Archives questionne au plus loin des images animés (muettes ou sonores), qui depuis la naissance du cinématographe, nous racontent les grandes et petites palpitations du monde. Chaque épisode de vingt-six minutes est construit comme une enquête. Le premier est diffusé le 10 juillet 2009 sur Arte.

« Quand vous plongez dans des images d’avant, surtout si elles sont animées, les découvertes sont sans limites. Voilà ce que nous a appris  Mystères d’archives.» (3)

Suit une web-série de 10 épisodes de 4 minutes, History Catchers, spin-off de Mystères d’Archives, consacrée aux conditions de prise de vues de cameramen lors d’événements historiques. Coproduction INA/Arte, la chaîne Arte la diffuse sur son site internet à partir du 8 novembre 2020. “History Catchers” est conçue par une partie de l’équipe de “Mystères d’Archives”, réalisée par Anne Thevenin et Julien Gaurichon et narrée par Manon Bril.

Serge Viallet, qui se définit comme un « artisan de l’image », a reçu en 2017, le Focal International Lifetime Achievement Award et le prix Charles Brabant de la Scam pour l’ensemble de son œuvre et nombreux de ses documentaires ont été récompensés à travers le monde.

Les documents du fonds Viallet

Le fonds d’archives écrites permet de retracer l’ensemble du parcours professionnel de Serge Viallet et la singularité de son travail de questionnement de l’image. Où consulter les images filmées ? Comment regarder en détail et questionner ces images ? Comment identifier les personnes et les lieux filmés ? Comment les confronter avec d’autres sources et des travaux d’historiens ? Comment développer notre esprit critique et prendre conscience que les images fabriquent notre perception du monde ?

La très riche variété de documents du fonds de Serge Viallet met en lumière ses questionnements et sa méthode de travail : des archives écrites qui permettent de comprendre les évènements abordés, leurs contextes, les lieux, les chronologies détaillées, des documents de travail qui mettent en lumière la réalisation documentaire du projet initial jusqu’au montage et aux commentaires, sa méthodologie de recherche d’archives audiovisuelles, les résultats de ses recherches d’images dans des centres d’archives à l’échelle mondiale, la préparation et les transcriptions de témoignages de femmes et d’hommes ayant vécu des événements douloureux dans une dizaine de pays d’Asie du Sud-est de 1931 à 1945, et des documents exceptionnels comme des carnets de dessins de prisonniers, croquis et photos personnelles. D’autre part, ces différents éléments constituent une source pouvant apporter un éclairage historique sur des événements de l’histoire contemporaine.

Composé de 326 boîtes d’archives, le fonds propose des documents de différentes nature : des documents de production (synopsis, notes d’intention et de réalisation), documents préparatoires aux tournages, documents relatifs à la recherche et à la sélection d’archives audiovisuelles (corpus et notices documentaires), documents de montage (derushages, versions multiples de séquenciers, multiples versions de commentaires), documents concernant les projets infographiques et leurs réalisations, documents de post-production, documents de presse, correspondance, photos noir et blanc et couleur. Les documents sont principalement en français, en anglais, en japonais et en chinois.

« Dès qu’un film est terminé, le fruit de nos recherches (…) est mis dans des boîtes. Ces boîtes sont rangées et toutes seront données à l’INAthèque, consultables par qui voudra – étudiants, chercheurs, documentaristes… On y trouvera toute notre documentation sur l’événement (…) dont un dixième à peine se retrouve dans le film. Mettre à disposition ces boîtes, c’est ma manière de remercier le service public qui a permis l’existence, dix ans durant, de Mystères d’archives. » (4).

Nul doute que ces documents constituent une source propice à de nombreux sujets de recherche.

Pour aller plus loin, voir les émissions télévisées et radiophoniques concernant Serge Viallet également consultables dans les centres INA thèque.


(1) « Mystères d’Archives », clap de fin : « Quand vous plongez dans des images d’avant, les découvertes sont sans limites », François Ekchajzer, Télérama, 24 mars 2023, consulté le 18 janvier 2024

(2) « Mystères d’Archives », clap de fin : « Quand vous plongez dans des images d’avant, les découvertes sont sans limites », François Ekchajzer, Télérama, 24 mars 2023, consulté le 18 janvier 2024

(3) « Mystères d’Archives », clap de fin : « Quand vous plongez dans des images d’avant, les découvertes sont sans limites », François Ekchajzer, Télérama, 24 mars 2023, consulté le 18 janvier 2024

(4) « Serge Viallet perce les Mystères d’Archives», François Ekchajzer, Télérama, 14 avril 2017, consulté le 18 janvier 2024.

Provenance des illustrations : © Ina, Didier Allard, © Ina, Florence Buisset



Citer ce billet
Documentaliste Ina Theque (2024, 23 janvier). Les archives écrites de Serge Viallet consultables à l’INA thèque. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vnv2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search