L’émergence du docu-réalité : pistes pour l’étude d’une nouvelle offre documentaire

Aux frontières du documentaire [1 / 2]

L’étude « 20 ans de documentaire à la télévision : du genre aux genres », dévoilée par l’INA en janvier 2024, a mis en lumière l’émergence d’un nouveau genre, aux frontières du documentaire : le docu-réalité. Ces programmes sont principalement proposés par les diffuseurs apparus les plus récemment : les chaines de la TNT et les chaines spécialisées du câble. Comment se saisir de ce genre hybride et le situer dans le paysage audiovisuel ? De l’émergence du terme dans le paysage audiovisuel à l’utilisation de ce dernier dans les pratiques d’indexation en vigueur à l’INA, quelques pistes de réflexion.

Introduction : l’apparition du terme à la fin des années 1990

Il s’agit moins ici de déconstruire la « promesse1 » des chaînes qui diffusent du docu-réalité que de donner des éléments de généalogie du genre.
Le docu-réalité apparaît dans le sillage d’autres genres caractéristiques de la télévision de la fin des années 1990. En effet, renouveler les formats pour donner un nouvel élan à la télévision est un enjeu majeur des diffuseurs qui se partagent le paysage audiovisuel, et donc le marché publicitaire, des années 1990-2000. De nouvelles formes de programmes apparaissent et convergent vers un objectif commun : mettre au premier plan la « réalité quotidienne2 » des personnes. Le docu soap3, format visant à donner à voir la vie quotidienne et professionnelle d’individu.es, s’implante dans les années 1990, et est présenté dans la presse comme une nouveauté dans les programmes4. Comme le talk-show américain5, il contribue à creuser le sillon de l’exhibition de la vie privée6. Ensuite, et bien que l’on puisse situer ses prémices dans les années 1970 aux Etats-Unis7, la télé-réalité s’impose, dans les années 2000, comme format à la fois subversif et révolutionnaire.

C’est dans ce contexte de multiplication des catégories télévisuelles gravitant autour de la télé-réalité et du documentaire qu’émerge le docu-réalité8. Ce dernier hybride des caractéristiques du docu soap pré-2000 et du feuilleton documentaire, et porte en lui les héritages et influences de la télé-réalité : il adopte, entre autres, ses dispositifs techniques (mise en situation d’une ou de plusieurs personnes dans un environnement – artificiel ou propre aux participants – contrôlé par la production, narration en voix off, « confessionnal » ou prise de parole des participants face caméra) et son ton (sentiment de proximité lié à la mise en images et en récit de l’intimité de personnes9, goût pour le dévoilement de soi voire l’exhibitionnisme ou l’extrospection, disgression). D’après François Jost, si « l’appellation télé-réalité avait l’avantage de donner l’illusion qu’aucun genre, aucun programme, n’avait parlé de la réalité avant Loft Story ou ne l’avait montrée10 », celle de docu-réalité semble dépasser cette promesse en y appliquant un vernis d’authenticité et un aspect plus informatif. Le docu-réalité adopterait alors la stratégie de « […] la télé-réalité [qui] confirme que la télévision est bien entrée dans l’ère du marketing, qui valorise ses produits par la nouveauté et donc, avant tout, par l’invention d’un nom11 » .
Il reste à mener une étude approfondie de l’apparition du terme lui-même, dans la littérature professionnelle et dans la presse. La documentation écrite conservée à l’INA pourrait être utilement mobilisée, afin de tracer la diffusion et les variations dans l’usage de cette appellation, dans la presse spécialisée ou dans les « documents diffuseurs » associés à chaque émission.

Tentative de définition

Le docu-réalité apparait, par essence, comme un genre hybride. L’usage du terme est fluctuant, il se prête à de multiples interprétations et ses frontières sont parfois difficile à établir, des émissions aux caractéristiques très proches se trouvant parfois qualifiées de téléréalité, de feuilleton documentaire ou encore selon la notion anglo-saxonne de factual entertainement12

L’index méthodologique de l’INA (qui encadre les pratiques d’indexation), le définit ainsi :
« Le docu-réalité est une déclinaison de la télé-réalité et du documentaire : De la télé-réalité, il reprend les dispositifs techniques (caméras fixes filmant en continu, confessions) et la place centrale réservée à la production (casting, création éventuelle d’une situation de départ, animateur vedette), du documentaire reste uniquement l’idée de montrer la vie quotidienne d’individus. Il existe trois grandes catégories de docu-réalité. Dans tous les cas, le dispositif de tournage est identique à celui de la télé réalité : installation de nombreuses caméras fixes, ports de micros cachés par les personnes suivies, témoignages face caméra pour parler de leur expérience (comme dans les confessionnaux des jeux de télé réalité). Font partie de ce genre :
Les feuilletons qui suivent des personnes dans leur activité quotidienne (maternité, hôpital, usine). (Exemple : 24h aux urgences (2013, TF1, La brigade (2014, TF1), Les reines de la route (2021, 6ter), Une saison au zoo (2014, France 4), Au galop ! Une saison à cheval (2020, France 4) La vie secrète des supermarchés (2023, 6ter).
Les séries consacrées à des personnes hors normes par leur physique (obèses, nains, géants) ou par leur choix de vie (marginaux divers ; chasseurs de serpents, dératiseurs, aventuriers…) sous réserve qu’elles utilisent les dispositifs de la télé réalité. Exemples : Billy l’exterminateur (2012, RMC Découverte, MCM, D17)
Les programmes qui, à partir d’une situation de départ mise en place par la production (pères se retrouvant seuls pour s’occuper des enfants, patron prenant un poste d’ouvrier), suivent la nouvelle vie de ces personnes.

Une étude menée par Pauline Ancé, stagiaire en 2023 à la direction des Patrimoines dans le cadre de son Master 2 Etudes sur le genre, a conduit à préciser les critères d’identification suivants :
– Le docu-réalité a pour ambition affichée de montrer la vie quotidienne d’individus, dans leur activité professionnelle ou dans l’intimité.
– Le confessionnal y occupe une place importante.
– Aucun jeu ni aucune compétition n’est mise en place par la production.
– Aucun principe extérieur (autre que la présence de l’équipe de tournage) visant à extraire les personnes de leur tâches quotidiennes et professionnelles, ni aucune modification de leur environnement n’est mise en place par la production (en cela, le docu-réalité se distingue de la télé-réalité).
– Le docu-réalité est réalisé par un réalisateur et non par un journaliste : il ne s’agit donc pas d’un reportage.
– La voix-off y occupe une place importante (du moins dans les productions françaises).
– Il se déroule suivant plusieurs épisodes indépendants mais peut prendre une dimension transmédiatique13. On pourrait parler de véritables « feuilletons transmédia » avec la présence de candidats récurrents de programmes en programmes, mais aussi via les activités de ces mêmes candidats sur le web (forums, blogs, courtes vidéos), qui assurent une continuité entre les émissions. Les candidats enjoignent par exemple leurs fans à aller sur Snapchat, Instagram, à poster des commentaires via des hashtags désignés. Selon Valérie Rey-Robert14, qui définit le docu-réalité comme un sous genre de la téléréalité, cet ensemble d’éléments multisupports formant une série continue est caractéristique d’un « quatrième âge de la téléréalité ».

La définition d’un genre audiovisuel convoque pour les acteurs du PAF des enjeux spécifiques. Ainsi, certaines chaînes mobilisent vraisemblablement cette appellation pour « anoblir » des émissions relevant davantage du divertissement, voire de la télé-réalité, notamment au moment de rendre des comptes sur leur programmation face aux instances de régulation (comme l’Arcom), ou de financement (comme le CNC15). C’est ainsi que TF1 pu mettre en avant, au titre de sa programmation de documentaires, la série Baby boom, à partir de 201116. RMC Découverte, étant quant à elle conventionnée comme une chaîne documentaire, doit consacrer 75 % de sa grille à ce genre – une proportion qu’elle atteint en ayant recours à un volume important de docus-réalité. L’étiquette peut également jouer comme argument de vente, à l’heure où ce format compte parmi les plus facilement exportables (en 2022, 2 des 5 formats français les plus exportés à l’international ont été des docus-réalité).

Les enjeux ne sont pas les mêmes pour l’INA qui a pour vocation d’archiver les contenus audiovisuels et de les rendre disponibles à la consultation grâce à une indexation méthodique.

L’INA inclut le docu-réalité dans son vocabulaire d’indexation depuis juin 201322. Le terme a été, à partir de cette date, rétrospectivement appliqué à des émissions du début des années 2000 présentant les caractéristiques du genre : par exemple pour A l’école vétérinaire (Canal+, 1998 puis Planète, 2002) ou bien Les soigneurs du zoo (2002, Planète).

Or les formats évoluent et s’hybrident constamment, faisant parfois l’objet de conflits de définition entre différents acteurs de la production et de la diffusion : il est donc difficile de s’appuyer sur les catégorisations de l’industrie télévisuelle. Ainsi, une famille ayant participé à l’émission Familles nombreuses : la vie en XXL (2020, TF1, TFX) dénonçait, dans un article du journal Le Parisien17 paru en mai 2023, des exigences manifestées par la production lors des tournages de mises en scène jugées trop contraignantes : l’émission, présentée comme docu-réalité18, aurait dû dès lors être référencée comme de la télé-réalité. Ce conflit, loin d’être anecdotique, illustre bien les tensions entre différents horizons d’attentes et promesses vécues par la production comme par les acteurs de ces programmes. Le genre accolé à chaque émission n’est d’ailleurs pas immuable : dans les documents promotionnels de l’émission, on passe aisément de l’appellation docu-réalité à téléréalité (associée à la catégorie « divertissement ») ; l’INA a de son côté considéré que l’émission relevait de la téléréalité.

La filiation avec la télé-réalité, mais aussi avec le magazine19 ou le télécoaching20 est manifeste et explique les fluctuations dans l’utilisation du terme, dans l’industrie télévisuelle comme à l’INA. Par exemple l’émission La robe de ma vie, diffusée sur M6 depuis 2017 est qualifiée par la chaîne elle-même de docu-réalité dans les documents promotionnels21. Cette catégorie a été reprise par l’INA dans les préconisations de traitement documentaire. Dans d’autres cas, l’indexation semble hésitante. Ainsi, plusieurs des émissions citées à titre d’exemple de docu-réalité dans l’index méthodologique de l’INA sont, en pratique, associées par les documentalistes, lors de l’indexation et de l’attribution de “typologies”, à d’autres genres : Baby-boom (2011, TF1) ou A la maternité (2004, France 3) sont catégorisés en documentaire ; Tous différents (2011, NT1) et Tellement vrai (2008, NJR 12) en magazine, Patron incognito (2012, M6) et On a échangé nos mamans (2004, M6) en téléréalité et Les parents les plus stricts du monde (2010, M6) en télécoaching. On retrouve parfois cette hétérogénéité de traitement entre une collection et ses dérivés (J’ai décidé de maigrir est associée au docu-réalité, mais J’ai décidé de maigrir et vous au magazine – émissions diffusées sur M6, 2003), voire au sein d’une même collection : l’émission La brigade diffusée à partir de 2009, est ainsi associée au genre docu-réalité pour les diffusions sur TF1, et au magazine pour les diffusions sur Disney Channel.

Comment construire la définition d’un genre hybride et en constante évolution ? Quelles sont les limites à l’établissement d’une définition figée, dans un but d’archivage, d’indexation de contenus audiovisuels multiformes et poreux ? Les éléments promotionnels pensés par les chaines, de même que les dispositifs techniques et formels, ne semblent pas à même d’établir une démarcation objective entre les genres. Serait-il plus « juste » de faire reposer cette définition sur des critères tenant compte des types de productions, des dispositifs de financement, des grilles d’obligations juridiques ? Pour répondre à ces questions, il faudrait analyser le fonctionnement et les ambitions des productions ainsi que de tous les acteurs qui participent au processus de diffusion d’un programme, dans le cadre d’un chantier de recherche qui pourrait mobiliser à la fois les compétences des documentalistes, des chercheurs ainsi que de spécialistes et acteurs de la télévision.

Le docu-réalité dans les collections de l’INA

Malgré quelques variations dans les pratiques d’indexation, on peut utiliser les bases de données documentaires pour préciser la cartographie de ce genre télévisuel, car le corpus apparaît suffisamment conséquent pour identifier de grandes tendances de diffusion.

Entre 2000 et 2022, en effet, plus de 224 000 programmes répondant à la définition INA du docu-réalité, bien souvent des épisodes d’une série ou d’un feuilleton, ont été diffusés sur 39 des chaines de la télévision gratuite et payante captées par l’Institut23. Les années 2015 à 2019 représentent le pic de diffusion de ce type de programmes.

Les chaines de la TNT RMC Découverte (46 745 diffusions), 6ter (17 442 diffusions), CStar (17 027 diffusions) et RMC Story (14 999) apparaissent comme les plus gros diffuseurs de docus-réalité pour l’offre gratuite. En ce qui concerne les chaines payantes (chaines du câble et du satellite), les chaines thématiques Animaux (23 114 diffusions), AB Moteurs (15 835 diffusions) et Chasse et pêche (14 149) occupent le haut du classement.

Les 20 premiers diffuseurs de docu-réalité – nombre de diffusions par chaîne

La programmation de docu-réalité, toutes diffusions24 confondues, a augmenté de manière exponentielle sur la période étudiée. D’après les données de l’INA, la diffusion de docus-réalité aurait connu un pic autour de 2015. Mais tout comme pour son genre parent – le documentaire -, la mise à l’antenne du docu-réalité est sous-tendue par un volume massif de rediffusions : sur 22 années de programmation, 91 % des docus-réalité sont en fait des rediffusions ! Les pics d’exposition des ces programmes, autour de 2015-2016 et en 2020, correspondent ainsi à la hausse spectaculaire du volume des rediffusions.

Evolution de la diffusion de docu-réalité, 2000-2022

La collection Pawn Stars, les rois des enchères (2015), apparait comme la plus (re)diffusée, tous statuts de diffusions compris, avec un total de 13 421 diffusions. Cette collection est emblématique du genre à plusieurs titres. Diffusée de 2015 à 2022, elle correspond tout d’abord à la période de l’essor du docu-réalité. Il s’agit d’une production américaine, comme 46 % des collections de docu-réalité programmées par les chaines françaises – 20% seulement sont des productions françaises. Par ailleurs, cette série documentaire a été diffusée successivement sur différentes chaines du câble (Planète+ A&E, hors périmètre de collecte de l’INA) et de la TNT (CStar25 et C826 ), ce qui illustre la circulation de certains programmes d’une chaine à l’autre, au gré de l’évolution du paysage audiovisuel français et du rachat des chaines par des groupes de média. Enfin, le thème traité par cette collection est l’un des plus représentatifs du genre, à travers sa prétention à dévoiler les coulisses d’une boutique de prêteurs sur gages, avec de très nombreuses émissions dédiées à l’estimation et la transaction (souvent par vente aux enchères) d’objets de particuliers.

Ainsi, le docu-réalité propose des contenus spécifiques et distinctifs vis-à-vis des autres programmes documentaires (documentaire, docufiction). En premier lieu, la thématique professionnelle est prédominante : avec plus de 78 000 occurrences, la thématique « Vie professionnelle » est présente dans 35 % des programmes identifiés comme docu-réalité. Citons à titre d’exemple Le vétérinaire de Bondi Beach (2014, Animaux), A l’école des pilotes de chasse de l’aéronavale (2009, France 4), En immersion dans une maternité (2012, Téva), Extreme jobs (2013, RMC découverte), 112, Hélico d’urgence (2021, 6ter). Plusieurs chaînes ont diffusé, depuis 2000, des docus-réalité presque exclusivement consacrés à cette thématique, comme W9 (qui rediffuse27 à la suite de M6 la collection Le convoi de l’extrême ), Planète (qui rediffuse la collection A l’école vétérinaire, ou encore RTL9 (qui rediffuse, à la suite de NT1, la collection Cops Uncut).

Thématiques les plus représentatives du docu-réalité

Les autres programmes relèvent principalement des thématiques « Faune » (16 %), « Aventure exploration » (16 %), « Société » (13 %) ou encore « Vie quotidienne » (8 %). Animaux à adopter (2018, C8), Redoutables créatures (2011, Gulli) ou encore La vie secrète des chats (2017, TF1) sont des exemples de collections associées à la thématique « Faune », quand les émissions Le survivant = Survivorman (diffusion à partir de 2009, Direct 8, Escales, Trek) ou Seul face à la nature = Man vs Wild (2009, NT1, RMC Découverte) relèvent de la thématique « Aventure exploration ». La thématique « Société » est bien souvent illustrée par des collections ayant pour sujet principal les ventes aux enchères (Storage wars, 2015, 6ter, M6, CStar), sujet qui semble donc emblématique du genre. Enfin, les programmes en lien avec la thématique « Vie quotidienne » viennent évoquer la vie familiale (Les Mamans, 2018, 6ter, ou Jumeaux, 2003, M6), l’alimentation et la nutrition (Man vs Food, 2012, Voyage, J’ai décidé de maigrir, 2003, M6).

Conclusion

Malgré la confirmation de son implantation dans le paysage audiovisuel français et international, le docu-réalité demeure un genre encore peu exploré par les chercheurs. Si cet ensemble hétérogène et mouvant invite à penser une ou des définitions permettant d’en saisir la complexité, une réflexion plus générale sur l’historicisation du terme reste à mener.
L’étude du docu-réalité ouvre en effet de nombreuses pistes de recherche : terreau fertile pour l’étude des représentations du quotidien, de la vie professionnelle et privée – notion par ailleurs bousculée par les stratégies de production et modes de rémunération de candidat.e.s. à des émissions de téléréalité – de l’analyse de la spectacularisation de la narration du familier, le docu-réalité apparait, enfin, comme un terrain particulièrement propice à l’étude des représentations genrées (gendered28) .

Billet rédigé par Elsa Marty, chargée de mission à l’INA, et Pauline Ancé, stagiaire à l’INA en 2023.

 

 

Notes

1 D’après François Jost, « la promesse ontologique d’un genre […] enclenche chez le téléspectateur le rattachement de celle-ci à un monde, lui-même porteur d’une croyance particulière » (Jost François, « Au-delà de l’image, le genre », Comprendre la télévision et ses programmes. 3e édition actualisée et augmentée, Paris, Armand Colin, 2017, p. 47-62). La « promesse » des émissions qualifiées de docu-réalité, comme celle des documentaires, est bien de donner à voir quelque chose du « monde réel ».
2 « Les talk-shows prendront le relais de l’évocation de la réalité quotidienne, puis les docu-soaps. Et c’est sur ce terrain bien préparé que surgit la télé-réalité. » Jost François, « Chapitre I. L’invention de la télé-réalité », dans : Télé-réalité. sous la direction de Jost François, Paris, Le Cavalier Bleu, 2009, p. 9-31.
3 « Après les sitcoms, un peu essoufflées, et les reality-shows, en déclin, les docu-soaps auraient-ils pour fonction de donner, pour un moindre coût, un nouvel élan à la programmation ? » Boutaud Jean-Jacques, Naissance d’un genre – le docusoap comme nouvelle forme de contrat télévisuel, Bulletin des abonnés de Canal Plus, 1998.
4 « Autre tendance marquante : l’émergence du « docu-soap » comme genre majeur […] Ce genre, venu de Grande-Bretagne, est maintenant présent dans tous les pays, sauf aux Etats-Unis et en Italie. « Les “docu-soaps” traduisent le retour à l’authenticité, analyse Arnaud Dupont [responsable de l’étude annuelle Nota (New on the air) sept 1998- sept 1999]. Mettant en avant la vie quotidienne de gens ordinaires, ils sont à la fois informatifs et divertissants. Et, en plus, ils ne coûtent pas cher. » Schaeffer Frederic, « Les chaînes de télévision consacrent le « docu-soap » comme un genre majeur », Les Echos, publié le 6 septembre 1999.
5 Mehl Dominique, « La télévision de l’intimité », Le Temps des médias, 10, 2008, p. 265-279.
6 « Les talk-shows prendront le relais de l’évocation de la réalité quotidienne, puis les docu-soaps. Et c’est sur ce terrain bien préparé que surgit la télé-réalité. » Jost François, op. cit.
7 Barrette Pierre, « L’obsession du réel : archéologie de la télé-réalité », 24 images, 127, 2006, p. 36–37.
8 « Alors que pendant plusieurs décennies, les chaînes commerciales américaines n’avaient créé des genres qu’avec circonspection, pour éviter de perdre les téléspectateurs, avec le début de ce siècle, les étiquettes de genre vont se multiplier, toutes plus ou moins héritières de la télé-réalité : docu-réalité, télé-coaching ou docu-fiction. » Jost François, « Chapitre I. L’invention de la télé-réalité », op. cit.
9 Mehl Dominique, « La télévision de l’intimité », op. cit.
10 Jost François, « Chapitre I. L’invention de la télé-réalité », op. cit.
11 Ibid.
12 « Un genre de documentaire qui se distingue par le fait de suivre une personne dans son métier ou sa passion afin d’en présenter tous les aspects. On suit alors un personnage dans une situation particulière, un lieu, à la rencontre de personnes pour donner des explications ou des informations sur cette situation, lieu, personnes, etc. » (Wikipedia).
13 Bourdaa Mélanie, « Le transmédia : entre narration augmentée et logiques immersives », La Revue des médias, consulté en ligne le 30/01/2021.
14 Rey-Robert Valérie, Téléréalité : la fabrique du sexisme, Paris, Les Insolentes, 2022.
15 En 2001, la qualification de « série documentaire » accordée à Popstars a permis à l’émission de bénéficier d’une subvention du compte de soutien du CNC. Source.
16 Baby Boom sur TF1 : la maternité entre documentaire et télé-réalité.
17 « On est loin du documentaire » : des participants à « Familles nombreuses » veulent porter plainte contre TF1.
18 Familles nombreuses : la vie en XXL (TF1).
19 Définition établie par l’index méthodologique de l’INA : Emission à structure et périodicité régulière, informative, spécialisée sur un ou plusieurs thèmes. A priori, la diffusion n’est pas limitée dans le temps. Le magazine peut prendre deux formes : simple ou composite. Il est lié à l’actualité dans tous les domaines : la politique, l’économie, les sports, les faits de société, la vie quotidienne, les sciences, les arts, la littérature, le cinéma…
20 Définition établie par l’index méthodologique de l’INA : Emission régulière d’aide à la personne organisée par le diffuseur et / ou le producteur. Au contraire de la télé réalité ordinaire qui met des personnes en compétition dans un univers le plus souvent clos, le télécoaching intervient dans l’environnement quotidien de la personne pour l’améliorer. Il consiste à mettre en face à face un ou des spécialiste(s) et un anonyme sélectionné par casting. Le “candidat” est dépassé par un événement, un fait, une situation. Le spécialiste constate, aide, guide ; il peut se comporter comme un éducateur. Sans cette notion d’apprentissage, le genre télécoaching ne peut être attribué à un programme. Tous les domaines de la vie courante (éducation, ménage, comportement en société) peuvent être concernés ainsi que des problèmes plus personnels (psychologie, amaigrissement, chirurgie esthétique etc.) Le media intervient par le choix des personnes, celui des guides ou conseillers, un commentaire off directif. Remarque : Le télécoaching est un type de télé réalité. En raison de son importance, il est devenu un genre à part entière.
21 Communiqué de presse du groupe M6, La robe de ma vie.
22 Les typologies de l’INA correspondent à un classement par catégories de termes (genres, thématiques…) qui ont pour but l’indexation du contenu audiovisuel et rendent possible la recherche dans les bases de l’INA.
23 Chaines de la télévision nationale gratuite et chaines payantes du câble et satellite captées par l’Institut à partir de 2003.
24 Premières diffusions et rediffusions. Pour les besoins de cette étude, nous fait le choix de considérer les multidiffusions comme des rediffusions.
25 Anciennement D17.
26 Anciennement D8.
27 La première diffusion de la collection est assurée par Canal + entre 1998 et 1999.
28 Voir notamment Lecossais Sarah, Kunert Stéphanie, « Corps maternant, corps enfantant, corps contraint. Représentations de la maternité dans l’émission Baby Boom », dans : Delory-Momberger Christine, Éprouver le corps. Corps appris, corps apprenant, Paris, Érès, 2016, p. 163-176.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Documentaliste Ina Theque (23 février 2024). L’émergence du docu-réalité : pistes pour l’étude d’une nouvelle offre documentaire. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vw6g


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search