Cultures télévisuelles de l’architecture

Article de Laetitia Overney, maîtresse de conférence en sociologie, ENSA de Paris-Belleville, IPRAUS-UMR AUSser 3329

 

Du 22 au 26 janvier 2024, quatorze étudiantes de Licence 3, de Master 1 et 2 de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville ont découvert et exploré le fonds de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) à l’Inathèque. Ce cours « hors les murs » avait pour principal objectif d’initier le groupe à l’analyse d’images télévisuelles. Car dès les années 1950, l’architecture est présente à la télévision – média populaire – qui montre des réalisations, filme des paysages en profonde transformation, interroge des architectes, rencontre des habitant·es et des usager·es des espaces.

L’essai de Sophie Suma Que font les architectes à la télévision ? publié en 2021 amorce une réflexion critique sur la manière dont les professionnel·les du champ s’exposent à l’écran. L’autrice décrit comment la figure médiatique de l’architecte s’impose sous les traits d’un homme blanc, charismatique et individualiste qui tient le public à distance. Une réflexion que nous avons voulu prolonger en décortiquant des archives pour interroger de manière critique les contenus qui constituent les cultures télévisuelles de l’architecture.

Cet enseignement invite à sociologiser ces images. Que filment les professionnel·les de la télévision ? Qui prend la parole à l’écran ? Que donnent à voir ces images ? Que voilent-elles ? Quels récits sont proposés au public ? On s’est interrogé sur les seuils de sensibilité et de visibilité construits à travers ces images. A ras les images, en s’initiant aux méthodes d’enquête et d’analyse des études visuelles, on a pu distinguer des figures médiatiques et spatiales, des discours et des images hégémoniques, des continuités et des ruptures, et parfois des contre-visualités qui se manifestent à l’écran.

La découverte des sources et le goût de l’archive

Une semaine de recherche à l’inathèque, c’est une expérience singulière pour des étudiantes en architecture plus habituées aux tables à dessin des ateliers de projet, aux visites de site et de chantier ou aux cours d’amphithéâtre. C’est une véritable immersion qui leur était proposée : s’installer chaque matin cinq jours durant devant son poste au rez-de-jardin de la BnF dans une atmosphère calme et tamisée, interroger Hyperbase pour explorer le fonds, prendre conscience de l’étendue et de la diversité des sources disponibles sur un sujet – masse envahissante, visionner des dizaines de documents au point de ne pas sentir la journée passer, se faire surprendre par une « pépite », dialoguer avec les documentalistes et les technicien·nes, voir et revoir les images avec et sans le son, s’arrêter vingt fois sur le même plan qui intrigue ( en arrière-plan, est-ce bien trois jeunes gens qui s’amusent sur ce toit d’un immeuble dévasté de Beyrouth après la guerre ?), prendre des notes, dessiner à la main les espaces filmés, analyser, douter de son analyse – et enfin, le soir, remonter à la surface sur l’esplanade de la BnF pour profiter des courants d’air !

L’immersion dans les archives est une expérience sensible. Cultiver le sens de l’observation et de l’attention au cours du visionnage des archives, c’est pour reprendre Laurent Jullier mettre en jeu « la balance entre cognition et émotion : non seulement les images et les sons délivrent des informations susceptibles de construire un point d’expérience cognitif, mais ils constituent des ambiances, des textures, tout un matériau esthétique qu’on pourrait appeler le point de contact, ou le « point de vue de la peau » » (Jullier, 2012, p. 172).  De quoi prendre le « goût de l’archive » si bien décrit par Arlette Farge lorsqu’elle explore les archives de Police du XVIIIe siècle pour plonger dans la vie du peuple de Paris.

Les premières explorations ont montré la grande diversité des genres télévisuels qui se sont saisis de l’architecture : documentaire, JT national et régional, interview d’architectes, émission scientifique, magazine d’information, émissions consacrées au patrimoine et parfois dédiées à l’architecture, reportage, mais aussi série (par exemple, l’étonnante Les copains d’abord sur l’habitat participatif diffusée sur M6 en 2020 !)  – un indice de la variété des publics visés et des angles d’approche heuristiques.

Chaque étudiante venait avec un sujet, le plus souvent un sujet de mémoire, comme un fil rouge pouvant leur permettre d’explorer de nouvelles sources. Loin de pouvoir résumer tous les travaux réalisés durant cette semaine, je veux donner à voir ici quelques pistes esquissées.

Filmer et raconter les matérialités, les éléments

Les archives audiovisuelles constituent des sources intéressantes pour des recherches portant sur les matérialités et les éléments – des sujets aujourd’hui très présents dans les Ecoles Nationales Supérieures d’Architecture à l’heure des crises climatiques. Comment économiser les ressources telles que l’eau ? Comment construire ? Les fonds permettent de mieux appréhender l’historicité de ces questions dont s’est saisie la télévision dès les années 1970.

Mais alors, comment rendre présente l’eau à l’écran – l’eau souterraine en principe invisible ou les flots déferlants des inondations, ou encore, comment filmer la terre crue et donner à voir sa sensorialité ?

A travers l’émission Les eaux souterraines du programme Pourquoi pas : les scientifiques répondent diffusée en 1973, Stella Dubois montre comment les téléspectateurs sont immergés dès les premières minutes dans l’expérience de l’eau, images de rivières, d’eaux vives, sons de cascade accompagnent la voix-off rappelant que « la vie sur la terre est née avec l’eau et il n’y a pas de vie sans eau. (…) Jadis, l’implantation des hommes se faisait vers les lacs et les rivières. » Puis, une succession de plans montre les dispositifs de l’eau dans le logement (robinets, douche, chauffe-eau) et par là, la facilité d’accès à l’eau potable dans la vie quotidienne. Un filtre de couleur rouge sur ces images attire l’attention sur le caractère problématique de la surconsommation. En considérant l’eau souterraine comme une étape du cycle de l’eau, le documentaire offre une présentation globale de cette ressource. Lors d’une séquence, un scientifique est interviewé entouré de jets d’arrosage automatique si bien que ses vêtements finissent par être mouillés, mais l’homme reste imperturbable… une manière de rendre sensible la vitalité de l’eau.

Comment raconter les inondations de Vaison-la-Romaine de septembre 1992 ? Comment raconter la catastrophe lorsque celle-ci est passée ? Ce sont ces questions qu’a investies Angelina Gracia. Elle analyse notamment une séquence du JT national sur France 3 en septembre 2022, où Nathalie Fidenti, ancienne sinistrée, revient sur les lieux où elle a tout perdu. Les gros plans sur son visage expriment la douleur et la tragédie qu’elle a vécues. Son discours et sa gestuelle dans ce parc aujourd’hui verdoyant évoquent les évènements passés et le cadre témoigne également des transformations de la ville. Des images d’archives de la catastrophe sont diffusées pour replacer les événements dans leur contexte – on y voit un lotissement dévasté : le contraste est saisissant entre le jour des inondations et la situation actuelle. Ce reportage souligne toute l’importance de la figure du témoin, celle qui a vu, a vécu en direct les évènements, celle qui aujourd’hui peut attester de la reconstruction. Malgré le passé douloureux, le paysage verdoyant suggère un renouveau car la ville a développé une forme de résilience par l’aménagement de bassins de rétention d’eau et par le déplacement des infrastructures en bordure de la rivière.

Lucile Bernard a mené l’enquête sur l’architecture en terre crue à travers un documentaire diffusé en 2005 sur France 5 Les nouveaux habits de la terre réalisé par François Le Bayon. Elle identifie quatre types de plans sur ce matériau : des gros plans sur la terre crue et ses textures avec la présence ou non de mains la touchant et la manipulant ; des plans moyens de scènes de travail de la terre sur différents chantiers ; des plans fixes d’une personne interviewée avec une paroi en terre en arrière-plan ; enfin des plans larges sur un paysage avec des édifices en terre crue. Au fil du documentaire, la terre crue apparaît sous trois figures. Comme élément avec des images d’une matière humide et molle. Comme matériau avec des séquences qui montrent des mains qui palpent la brique en terre crue, soit une manipulation qui apparaît très simple, ne nécessitant aucune protection, aucune machine, sauf un corps engagé en contact constant, quasi intuitif avec la terre. Comme habitat enfin, avec des plans de villes, au Yémen par exemple, qui dévoilent des édifices bâtis en terre, solides, massifs. Ainsi, la télévision apparaît comme un medium adapté pour transmettre toute la sensorialité du matériau, chère aux concepteurs qui défendent aujourd’hui la construction en terre crue.

Les nouveaux habits de la terre, réalisation François Le Bayon, France 5, 18.03.2005

Filmer et raconter des architectures singulières

La télévision s’est aussi intéressée à des projets d’architecture localisés, contemporains ou plus anciens. Julie Bernard et Romane Ponsolle ont par exemple suivi la couverture médiatique par les JT régionaux du projet de la Tour Occitanie de l’architecte Daniel Libeskind à Toulouse. Lancé en 2017, ce projet n’a toujours pas été construit et a fait l’objet localement de vives critiques. Les archives audiovisuelles constituent ici des sources pertinentes pour suivre une controverse architecturale car la télévision convoque régulièrement en reportage ou sur ses plateaux une diversité d’acteurs pour débattre : élus, représentants d’association de riverains opposés au projet, simple passant, etc.

Marialucia Platania a porté son attention sur un édifice bien connu des étudiants en architecture et plus récemment du grand public, une construction emblématique du mouvement moderne : la Villa Savoye à Poissy, conçue par Le Corbusier au début des années 1930. Les reportages proposent systématiquement des cadrages sur les dispositifs de distribution verticale, en suivant le mouvement des personnes qui parcourent l’espace : enfants, touristes, ou l’administrateur de la Villa. Entre l’escalier hélicoïdal, les rampes, les lignes droites et les courbes, la promenade architecturale imaginée par Le Corbusier se révèle à l’écran. Le récit de l’espace est dynamisé par la présence des visiteurs qui soulignent la fonctionnalité de la maison. Le téléspectateur se projette plus facilement.

Visite villa Savoye enfants, 13 heures le journal, France 2, 28.12.2005 ; Le Corbusier : l’architecte visionnaire, Vous êtes ici, France 24, 07.11.2015 ; Dessins Marialucia Platania

Les modèles d’architecture et d’urbanisme en discussion

Parcourir les archives de la télévision française, c’est aussi prendre conscience de « la fragilité d’une théorie urbaine dans le temps » pour reprendre la remarque d’Alexi Delage qui s’est intéressée aux grands ensembles. Certains discours, certaines propositions architecturales et urbanistiques peuvent être valorisés un temps auprès du grand public, puis vivement remis en cause.

Ainsi, Queenie Costentin, intéressée par l’habitat pavillonnaire, a réuni un corpus de trois émissions d’A la bonne heure, un magazine d’information sur la consommation, diffusé à 18h et plutôt adressé à un public féminin. Entre 1977 et 1978, les reportages et les discussions sur le plateau sont manifestement à charge contre la maison individuelle. Queenie relève trois types de plans dans les reportages qui mettent en exergue la monotonie des lieux : des vues aériennes qui dévoilent l’implantation des pavillons, les trames répétitives, la densité des constructions ; des plans fixes sur les « rues » des lotissements vides et sans vie, avec parfois un zoom suggestif sur un panneau de signalisation « voie sans issue » ; des travellings qui insistent sur la redondance des façades, des volets, des lampadaires, et des aménagements des espaces extérieurs.

Les grands ensembles, largement filmés par la télévision des Trente Glorieuses, sont aussi mis en critique. Léa Le s’est plus particulièrement intéressée au sol dans ces grands ensembles. Au secours des quartiers anciens, émission diffusée en 1964 présente les récentes constructions de Meudon-la-Forêt et de Sarcelles comme monotones. Les prises de vue majoritairement aériennes font abstraction de l’usage et de l’impact sensoriel de la matérialité des sols. Certaines images montrent des véhicules qui circulent au pied des édifices. On ne parvient pas à distinguer un traitement de sol qui dissocierait les flux piétons des flux de voitures.

Louise Desbiens a décalé son regard vers l’Allemagne en recherchant des archives concernant la Gropiusstadt, grand ensemble emblématique de Berlin, inauguré en 1972, avec 16 000 logements sur 264 hectares dont les plans d’intention ont été élaborés par Walter Gropius. En août 1989 – avant la chute du mur –, un numéro des Carrefours de l’architecture explore de manière critique les formes architecturales du logement social en France, en Angleterre et en Allemagne. La Gropiusstadt est filmée par vues aériennes et par travellings sur les immeubles pour révéler une architecture massive, symétrique et uniforme à travers la répétition des formes, l’omniprésence du bâti qui paraît sans limite, écrasant et anonyme. Le sol n’est jamais filmé, pas plus que les habitants. Soit un regard surplombant et désincarné, qui fabrique la critique visuelle d’une architecture « objet ». La cité a été rendue célèbre à travers le best-seller  Moi, Christiane F. 13 ans, droguée, prostituée (1978) : la jeune fille habite la Gropiusstadt. Le film tiré du récit est diffusé à la télévision française en aout 1989. Les images du grand ensemble, peu nombreuses mais signifiantes, sont mobilisées au service d’une esthétique fictionnelle, elles créent une ambiance glauque de désolation qui traduit l’isolement, la solitude, l’atmosphère froide et rigide de la Gropiusstadt et de la vie de Christiane F. Le film décrit cette ambiance et rend compte de la manière dont Christiane elle-même perçoit son environnement.

La télévision donne aussi la parole aux architectes pour défendre leurs manières de concevoir la ville moderne et les logements. Ainsi, Alexi Delage a porté son attention sur une émission intitulée Les urbanistes en désarroi ou l’ordinateur et le bonheur diffusée en 1971 sur la deuxième chaîne et qui fait le procès du modernisme, un journaliste parlant d’une architecture « hideuse, [qui] contribue à créer cet ennui, cette tristesse qui se dégage des villes où l’homme est absent ». L’avenir est incarné à l’écran par un jeune architecte qui veut faire rupture : Ricardo Bofill. Un zoom avant souligne les traits de son visage souriant et crée une proximité avec les téléspectateurs et les téléspectatrices. L’architecte est filmé assis en tailleur à même le sol, cigarette à la main, détendu, au milieu de son équipe – soit une vision alors innovante du métier. Malgré tout, habillé tout en noir, il se détache du groupe. Il détient 90 % du temps de parole dans la séquence. Et si les femmes sont présentes, elles ne s’expriment pas. Bofill n’échappe donc pas à la figure charismatique de l’architecte.

Les urbanistes en désarroi ou l’ordinateur et le bonheur, Le troisième oeil, 2ème chaîne, 27.03.1971

Depuis les années 2010, c’est l’habitat participatif qui a le vent en poupe en France avec des projets de construction qui se multiplient. Nicolina Porcelli a repéré dès 1983 un reportage de l’émission d’information du consommateur D’accord pas d’accord traitant déjà du sujet alors émergeant dans le champ architectural. L’architecte Claude Guislain présente l ‘ensemble de logements Les Jardies, construit en 1975 à Meudon, et les habitants témoignent de leurs expériences. Le sujet se termine par un cartel avec l’adresse du Mouvement pour l’Habitat Groupé autogéré à Paris. Une manière de promouvoir ces expériences ? Nicolina remarque que tous les reportages consacrés aux opérations plus récentes diffusent des images d’habitant·es réunis autour d’une table ou travaillant ensemble sur le chantier, autant de plans qui soulignent la convivialité et le bien vivre-ensemble.

Regard sur des territoires “sous tension”

Gwendoline Gao a fait des recherches sur le Fort d’Aubervilliers. Un JT d’Antenne 2 en 1984 consacre un reportage à ce lieu à l’occasion d’un concert organisé sur place : Forts et fêtes. Le Fort y est décrit comme un espace délaissé et mal fréquenté. Une première vue aérienne panoramique donne à voir le contexte lointain et proche du site qui se compose principalement de grands ensembles qui créent de véritables remparts et enclavent donc ce fort. Ensuite, la majorité des plans se concentre sur l’amas de déchets, notamment issus de la casse automobile, qui encombrent le sol du site. On se noie sous les carcasses de voitures, le piéton n’a pas l’air d’avoir sa place ici. Les reportages passent sous silence l’histoire du Fort, son passé de fortification au XIXème siècle, la présence des troupes allemandes sous l’Occupation, et enfin les expérimentations radioactives.

Maya Tohme s’est plongée dans les archives de la guerre civile au Liban (1975-1990). Elle explore plus particulièrement les programmes qui ont traité des conséquences de la guerre sur la ville de Beyrouth et de la reconstruction. Le reportage Liban. La colombe et la truellede la collection Géopolis, diffusé sur France 2 en juin 1994, offre une plongée captivante dans le Liban post-guerre civile. Le fil conducteur de l’émission est la recherche de la paix et de la reconstruction par les Libanais, quelles que soient leurs affiliations confessionnelles. L’émission Spécial Liban avec Bahij Hojeij et Jean Claude Codsi animée par Michel Field la même année sur la même chaîne offre une couverture complète des divers aspects de la vie post-guerre à Beyrouth, comprenant la reconstruction, l’architecture, l’archéologie, la culture, et le cinéma. Les deux émissions traitent la Place des Martyrs comme lieu symbolique de la guerre à Beyrouth, elle-même martyrisée par le conflit. Le plateau de l’émission de Michel Field est installé directement sur cette place en ruine avec en fond les travaux de reconstruction. Dans les deux émissions, plusieurs plans montrent des immeubles atteints par la guerre et dont les habitants ont bon an mal an débuté la réhabilitation. Les inégalités sont visibles à l’écran : certains étages paraissent tout neufs quand les autres portent encore les stigmates de la guerre, des chantiers sont encore en cours : « mais qu’importe, les Libanais veulent y croire et chacun reconstruit…à sa manière ou selon ses moyens…» entend-on dans Liban, la colombe et la truelle (1994). Ce reportage donne aussi la parole à l’architecte libanais Oussama Kabani, revenu des États-Unis, pour reconstruire la ville. Filmé dans les ruines de l’hôtel Hilton, avec vue sur une ville dévastée, il présente le dessin de ce qu’il imagine pour le futur : « autrefois, et c’est difficile à croire, la mer était à nos pieds, ici c’était la Méditerranée et les gens venaient s’y baigner, faire de la plaisance. Dans le plan que nous avons élaboré nous voulons transformer cette décharge, en jardin public et recréer un bord de mer, une promenade avec vue sur les montagnes…» Une promesse urbaine, le contraste avec les ruines est saisissant.

Liban, la colombe et la truelle, Géopolis, France 2, 04.06.1994

Comment l’Algérie française était-elle racontée à la télévision ? C’est la question que s’est posée Lilly Girardot. Jusqu’où la télévision relaie-t-elle la colonisation notamment en filmant le territoire et son architecture ? C’est un village d’Algérie (1949)  a été réalisé pour le compte du Service cinématographique du Gouvernement Général de l’Algérie, cette fiction documentaire de 12 minutes a été diffusée dans les Actualités Françaises en 1949 pour rendre hommage aux colons qui ont fondé des villages en Algérie il y a 100 ans. En commençant par une scène de fête, on découvre progressivement ce village, jamais nommé, mais plutôt présenté comme le symbole des villages français d’Algérie. Le téléspectateur suit l’idylle romantique d’un jeune couple de colons et finit par oublier que le village se situe en Algérie. La caméra suit une petite fille qui fait des courses. De la boulangerie à la ferme, elle traverse le village et ses usages. C’est l’architecture française qui est mise en avant. Elle est filmée comme on représente généralement les villages français à travers des éléments significatifs (église au centre du village, rue principale, charrette à bœufs, petits commerces), on a l’impression que l’on connait déjà ce village. La voix-off est rassurante : “La camionnette du boucher s’arrête tous les deux jours, comme dans les petit patelins de Bourgogne ou de Normandie où vous alliez enfants en vacances”, C’est un village français, tout à fait français, comme sorti d’un coin de province et transporté d’un seul coup sur ce coin de terre…” A travers cette archive, on comprend comment la diffusion du modèle colonial passe aussi par l’architecture du quotidien. En insistant sur la culture architecturale du « village français », le Gouvernement Général cherche-t-il à attirer en 1949 de nouvelles familles en Algérie ?

Ont participé à ce cours « hors les murs » dirigé par Laetitia Overney :

Bernard Julie ; Bernard Lucile ; Costentin Queenie ; Delage Alexi ; Desbiens Louise ; Dubois Stella ; Gao Gwendoline ;  Girardot Lilly ; Gracia Angélina ; Le Lea ; Platania Marialucia ; Ponsolle Romane ; Porcelli Nicolina et Tohme Maya.


Pour une première découverte des sources :

Chronologie Architecture. Présentation chronologique de quelques programmes dédiés à l’architecture

Guide des sources L’Architecture, l’urbanisme et l’aménagement du territoire dans les collections de l’INA

Une bibliographie pour aller plus loin :

Bertho-Lavenir, Catherine. Le paysage derrière la roue. Le tour de France à la télévision In : La télévision des Trente Glorieuses : Culture et politique. Paris : CNRS Éditions, 2007, p. 269-291.

Borrell, Alexandre. Nouveaux paysages urbains. Tours et barres à l’écran : 1955-1974 In : La télévision des Trente Glorieuses : Culture et politique. Paris : CNRS Éditions, 2007, p. 253-268.

Canteux, Camille. Filmer les grands ensembles : villes rêvées, villes introuvables ; une histoire des représentations audiovisuelles des grands ensembles (milieu des années 1930-début des années 1980), Paris, Créaphis (Lieux habités), 2014, 375 p.

Hudelet, Ariane. « Chapitre 8. « Let’s see if there’s a pattern ». Filmer l’individu, le groupe et l’espace dans The Wire », Marie-Hélène Bacqué éd., The Wire. L’Amérique sur écoute. La Découverte, 2014, pp. 147-169.

Jullier, Laurent. « L’expérience télévisuelle », in Analyser un film. De l’émotion à l’interprétation, Paris, Flammarion, 2012, p. 7-21

Le Hegarat, Thibaut. Chefs-d’oeuvre et racines : le patrimoine à la télévision, des origines à aujourd’hui, Bry-sur-Marne, INA (Collection « Médias et humanités »), 2018, 225 p.

Overney, Laetitia. « Le métier de femmes en HLM. Archives télévisuelles des années 1960 ». Images du travail, travail des images, no 6‑7 (1 février 2019). https://doi.org/10.4000/itti.761.

———. « Women and Money Management: Problematising Working-class Subjectivities in French Television Programmes During and after the Post-war Boom ». Culture Unbound 11, no 3‑4 (30 janvier 2020): 443‑65. https://doi.org/10.3384/cu.2000.1525.19v11a24.

Sedel, Julie. Les médias & la banlieue, Nouvelle éd. augmentée, Lormont, Bry-sur-Marne, le Bord de l’eau, INA éd., 2013.

Suma Sophie. « Que nous dit la maison de La petite maison dans la prairie ? », Radar, 2022, 7, p. 107-114.

Suma Sophie. Que font les architectes à la télévision ?, Lyon, éditions deux-cent-cinq, 2021.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
corinne gauthier (19 février 2024). Cultures télévisuelles de l’architecture. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vv01


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search