Les tweets archivés : une manne pour la recherche

On parle désormais de Social TV, chaque émission de radio s’adresse aussi aux auditeurs via son compte Twitter ou une page Facebook…  Depuis plusieurs années déjà, l’écosystème médiatique se trouve en effet reconfiguré et élargi à un paysage qui, au delà de l’antenne, s’appuie sur le réseau des réseaux pour rediffuser, enrichir et ré-éditoriliser les programmes, fédérer des communautés ou interagir avec le public tandis que les fameux mots dièse (#) et mentions décuplent l’exposition médiatique et assurent – pour le meilleur et parfois pour le pire –  la viralité en ligne.

A l’Ina, les pratiques d’archivage se sont adaptées à ces évolutions médiatiques et le périmètre de l’archive web media constituée au titre du Dépôt Légal s’est progressivement enrichi « d’objets » qui documentent et complètent les programmes archivés de 166 chaines de radio et télévision.

Depuis 2014, 12743 comptes et 500 Hashtags Twitter font ainsi l’objet de collectes systématiques et en continu qui constituent à ce jour un corpus de plus de 500 millions de tweets qui s’enrichit au fil des flux de publications . Cette manne  est mise en consultation pour la recherche via une interface innovante qui permet des requêtes dans les tweets et leur métadonnées, et des représentations heuristiques des résultats en lien avec leur distribution sur un ligne temporelle.

Ainsi, suivant les interactions via Twitter entre une émission et son public, les requêtes dans l’archive  pourront par exemple porter sur les # de l’émission, les retweets, les mentions, les images les plus partagées, les utilisateurs les plus actifs  ou encore afficher la palette des emojis qui illustrent les tweets en lien avec l’émission. La sémantique des tweets pourra aussi faire l’objet d’un décompte des mots les plus usités et de leur visualisation en nuage.

Cette palette d’outils s’enrichit des itérations fertiles entre les usagers chercheurs et les équipes  qui assurent l’accompagnement méthodologique à l’Ina. Les porteurs des projets REAT et ASAP ont ainsi profité de l’expertise des développeurs de l’équipe du DLWeb à l’Ina pour nourrir leur travaux des données issues des tweets archivés dans le cadre d’une opération de collecte d’urgence exceptionnelle lors des attentats de 2015. Des interfaces de visualisation dynamique ont été développées pour illustrer le volume et l’évolution des tweets publiés au fil des événements. Ces outils ont autant une valeur heuristique pour les chercheurs qu’une dimension herméneutique ou interprétative pour un public plus large

Parce que  la télévision et la radio assurent la couverture d’événements à forte portée médiatique, au delà de l’actualité de leurs programmes, les tweets collectés par l’Ina  concernent évidemment les  breaking news comme les actualités en lien avec un événement attendu. Un corpus de tweets sur les dernières élections présidentielles  et leur traitement médiatique sera ainsi très prochainement proposé à la sagacité des chercheurs désireux d’exploiter des données massives et des outils à la pointe !

À suivre …

 

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. claudemussou dit :

    C’est Highcharts (https://www.highcharts.com/) qui a été utilisé pour générer les graphiques et d3.js pour générer le nuage de mots.

  2. Blum Virginie dit :

    Merci beaucoup pour cet article ! Je serai moi-même intéressée par cette approche et l’appliquer sur mon objet de thèse. Je voulais savoir l’application avec laquelle vous avez généré votre graphique et nuage de mot.
    Bien cordialement
    Virginie Blum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *