Mettre la création dans des petites cases ? Le traitement documentaire des Ateliers de créations radiophonique


Sandra Escamez, documentaliste, est intervenue à la SCAM lors de la soirée d’inauguration du colloque « La radio de création après le Club d’Essai : la part des écrivains » pour présenter le fonds de l’Atelier de création radiophonique (« ACR ») et son traitement à l’INA. Elle était interviewée par l’historienne Karine Le Bail, chercheuse au CNRS.


Karine Le Bail : Lorsque le projet d’un colloque sur les ACR et les Nuits magnétiques a vu le jour, nous avons immédiatement sollicité l’Institut national de l’audiovisuel, qui conserve ces fonds. Certes, il était indispensable de pouvoir diffuser des sons, mais pas seulement. Par leur longévité, les ACR constituent un corpus gigantesque. Le projet même, avec son principe d’une écriture à plusieurs mains, sans hiérarchie de fonction, et ses trois heures de radio pensées comme œuvre, représentent un défi documentaire. Il en est de même des Nuits magnétiques, dont la quotidienneté a nourri le fonds INA dans des proportions tout aussi impressionnantes. « Comment caractériser de la création dans un langage documentaire ? » me disait encore cette semaine une des documentalistes de l’INA, Annelore Veil.

En effet, comment indexer – donc classer, catégoriser – l’INCLASSABLE revendiqué, l’œuvre collective qui entend brouiller les catégories ? Comment repérer qui parle dans une émission ultra-mixée ? Comment repérer qui produit, qui réalise, lorsqu’un générique dure souvent 3 minutes ? Et il y a la longueur du programme, 3 heures, conçus comme une aventure. Dans le champ « résumé » des notices documentaires, donner la ligne directrice de la conception d’un ACR représente alors un véritable défi… et pour certains ACR il se révèle même plus qu’ardu de décrire avec un résumé chronologique. Comment l’INA s’empare donc de ces « objets sonores non identifiables » ?

Sandra, puis-je le dire ? Lorsque tu as informé tes collègues, notamment les plus anciens, de cette mission sur les ACR/Nuits magnétiques, ils ont été nombreux à te souhaiter « Bon courage », soulignant par là le côté labyrinthique de ces fonds ! Mais on sent une fascination des « anciens » documentalistes pour cette histoire. Il y avait, c’est vrai, une proximité géographique avec les ACR : à l’époque, la phonothèque[1] au 5e étage de Radio France, c’était juste avant le studio de Paranthoën, toute petite cellule 208 où ils entassaient leur bandes jusqu’au plafond et étaient toujours une dizaine à bosser. Les anciens documentalistes se souviennent…

Sandra Escamez : En effet, j’ai moi-même été un peu impressionnée par l’ampleur de la mission qui m’a été confiée il y a un mois – faire un état des lieux du traitement des deux plus longs et prestigieux programmes de création radiophonique de France Culture !  J’ai décidé de me concentrer sur les ACR. Et l’ACR est un objet révolutionnaire dans le paysage radiophonique. Dans la forme, il y a une rupture car les collaborateurs de ACR vont sortir dans la rue, mais pas pour faire du journalisme… c’est la vie même qu’ils cherchent – à la Biennale de Paris, de Vincennes, dans les expos, les concerts, les prix (Italia et Ondas). Mais aussi à travers des conférences, des lectures, des pièces de théâtre. C’est un lieu d’expérimentation, d’invention d’un langage radiophonique où chaque producteur apporte sa patte. 


KLB : Chaque émission devient une aventure… Or le travail de l’archiviste, du documentaliste, c’est d’analyser, de résumer.

SE : C’est un fonds complexe et difficile d’accès car il faut avoir des connaissances en littérature, en arts, en musique, en théâtre… De plus, l’écoute demande une attention soutenue, sur un temps long, c’est un effort de s’y retrouver et de comprendre parfois où l’on est.L’écoute des bandes analogiques pendant trois heures, était encore plus difficile ! Il fallait sortir les bandes des magasins situés à Saint-Rémy-l’Honoré (Yvelines), s’installer dans une cabine d’écoute et bien se concentrer. Evidemment, il n’y a pas le support de l’image, qui permet de se repérer dans les fonds TV. Depuis la numérisation du fonds, effectuée en 2009, on peut les redécouvrir ou les découvrir plus facilement directement sur notre poste de travail. Mais avec l’audio, on reste dans l’invisible et le sensible. Aussi,  les ACR c’est du  collectif, avec des producteurs, des réalisateurs, des collaborateurs, des auteurs, des plasticiens, musiciens… La jeune musique est là, avec des anonymes, des archives, ou encore des disques du commerce… Mais il n’y a pas de repères que pourraient représenter la notion d’animateur vedette, une structure avec des questions/réponses, des explications. Parfois, on ne sait pas qui parle ! La notion de « groupe de réalisation » apparaît dans les génériques, qui durent jusqu’à 2-3 minutes souvent. Comment le/la documentaliste peut-il décrire cette création sonore hors normes et au format XXL ?


KLB : Pour certains ACR, on ne trouve dans les bases de données documentaires aucune information… Tu peux nous expliquer pourquoi ? Il est vrai que l’INA, qui est chargé de la conservation, intervient après la diffusion, donc un peu après la bataille : les archives lui parviennent souvent avec peu d’informations…

SE : Oui : à l’heure actuelle, environ 400 ACR sont uniquement catalogués dans nos bases – c’est-à-dire identifiés mais sans description du contenu. Il faut expliquer pourquoi l’INA n’a pas pris en charge l’analyse et l’indexation du fonds déposé par Radio France.Tout d’abord, il faut rappeler qu’en 1969 (début des ACR), l’INA n’existe pas. Puis, lorsqu’il est créé en 1974, à l’éclatement de l’ORTF, les deux institutions acquièrent des missions distinctes en matière d’archivage :

– Les services Documentaires de Radio France gèrent le traitement documentaire des émissions (les écoutes, le catalogage, le fichage, l’analyse… et ils doivent fournir à l’INA cette documentation

– L’INA, quant à lui, gère la conservation, la restauration, puis la numérisation, la gestion et l’exploitation des archives sonores de Radio France.

Donc pour les ACR, l’INA récupère les supports physiques et les fiches (d’abord manuelles, dactylographiées), les minutes et les rapports d’écoutes fournis par la Documentation des émissions Artistiques de Radio France.  Les deux services vont s’informatiser dans les années 1980-1990 et continuer à se partager le traitement documentaire.De plus, il arrive que des morceaux d’ACR soient rediffusés. Ils génèrent alors de nouvelles notices documentaires, et cela fait du « bruit » dans la base de données.A l’issue de 32 ans de programmation hebdomadaire, cela représente 1361 notices documentaires, 954 émissions (si l’on exclut les rediffusions). Or, 404 ACR seulement sont indexés.

KLB : Est-ce différent pour les Nuits Magnétiques ?

SE : Oui, les Nuits Magnétiques sont plus facilement identifiables, car l’INA a réalisé ensuite un travail d’indexation supplémentaire. La description chronologique est même parfois très pointue.  Il reste assez difficile d’avoir une vision d’ensemble du fonds, à cause de la fréquente évolution de l’architecture des programmes, des rediffusions multiples…

Pour compléter la description des ACR, les documentalistes ont à leur disposition plusieurs documents d’accompagnement écrits : listes de diffusion, cahiers de prise en charge, avant-programmes, magazines de programme (type Télérama), bulletins d’information presse, rapports d’écoute des « écouteurs » (à partir du n°219), ou encore documents rangés avec les bandes magnétiques dans les boites.

Rapport d'écoute, ACR 219 (c) Sandra Escamez/INA

Rapport d’écoute, ACR 219 (c) Sandra Escamez/INA


Ces derniers ont été numérisés, au moment du traitement des bandes : on y trouve, par exemple, des indications manuscrites portées sur les étiquettes, ou encore des fiches de droits d’auteurs, permettant de compléter les génériques et de connaître le statut « officiel » des différents contributeurs.

Scan du support d'un ACR (c) Sandra Escamez/INA

Scan du support d’un ACR. Porte la mention manuscrite : « les effets de bande passée sur le côté MAT sont volontaires. Merci Les blancs aussi, merci »     (c) Sandra Escamez/INA

Ainsi, on peut parvenir à une description parfois très fine de certaines émissions… mais il reste encore beaucoup à faire.


Notice incomplète

Notice incomplète (Jean-Loup Rivière ne figure pas au générique) (c) Sandra Escamez/INA

KLB : Et aujourd’hui, les ACR reviennent-ils parfois sur les ondes ? qui les réutilise ?

SE : Toutes les stations de Radio France ! France Culture bien sûr (dans Concordance des Temps, Les Nuits de France Culture, Création on air, l’Atelier de la création/LSD, Les Chemins de la philo…) mais aussi France Inter  (dans L’humeur Vagabonde, Eclectik, Affaires sensibles, Ça peut pas faire de mal…) et France Musique (Les Grands entretiens, Etonnez moi benoit, Les Routes de la Musique, l’Expérimentale…)

Les ACR sont même de plus en plus utilisés : entre 2009 et 2017, le nombre d’extraits réutilisés a presque été multiplié par 3 (46 en 2009, 114 en 2017) et le nombre d’intégrales rediffusées par 5 (de 5 à 24).

Et l’intérêt pour ces archives se développe au-delà des ondes – ce colloque en témoigne ! Les chercheurs s’emparent désormais de ce fonds. À nous, documentalistes, de les accompagner dans l’exploration de ces heures de témoignages, de personnalités ou d’anonymes, d’ambiances sonores, de reportages…  De nouvelles collaborations sont à imaginer !

Pour en savoir plus :


[1] La « phonothèque » désigne, historiquement, le service de l’INA chargé de la conservation et du traitement des archives de la  radio publique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.