PIND (Punk Is Not Dead) : bilan d’étape d’un projet rock’n roll

Au moment d’entrer dans sa 3e année, le projet PIND (“Punk Is Not Dead”, projet de recherche interdisciplinaire – Une histoire de la scène punk française depuis 1976) fait le bilan des travaux accomplis et ouvre de nouvelles perspectives de recherche.

Retour sur l’événement du 13 octobre 2018 proposé par Anne Galllien, documentaliste à l’INA.

 

En introduction à cette 23e journée d’études, Aurélien Robert, chargé de recherche au CNRS et directeur du Centre d’Etudes Supérieur de la Renaissance, souligne la force et l’originalité d’une méthodologie innovante qui pourrait servir de modèle à d’autres recherches universitaires.

En effet, il s’agit d’inventer une méthodologie pour ce sujet de recherche atypique, de construire un corpus, de récolter des données  à partir d’une matière éphémère, dispersée et en péril pour constituer une mémoire. Cela induit l’usage d’outils spécifiques à ce domaine pluridisciplinaire.

Regroupant des chercheurs, des universitaires, des doctorants, des acteurs et témoins de cette scène et de ce mouvement, le colloque fait comme à son habitude alterner des témoignages et des communications d’universitaires ou d’étudiants.

Les intervenants participant à cette journée d’étude proviennent de domaines de recherche très variés : sociologie, musicologie, science de l’éducation, ethnologie, linguistique, littérature.

Il a notamment été question de méthodologies, de constitution d’une base de données collaborative, de la possible cohérence d’une esthétique, du vieillissement ou de l’épuisement du mouvement, d’une approche littéraire des contre-cultures, de parcours de vie autour de la notion d « intelligence punk », de récits d’expériences de journalistes et des spécificités locales sur le territoire français.

Toutes ces personnes, la plupart étudiants ou chercheurs ont une histoire personnelle avec ce mouvement et cette scène, les forçant à se questionner de manière originale sur leur domaine de recherche.

Et inévitablement, tout ceci se termine en musique…

 

Liste des extraits diffusés lors de cette journée :

Rachid Taha “Rock el casbah” – Trafic musique – France 2 12/05/2005

Festival de rock féminin Lady fest – Nantes Estuaire 10/10/2003 – journaliste : Vincent Calcagni

Minuit dix – France Culture 19/11/2008 – réalisateur : Thomas Beau, productrices : Aude Lavigne et Sophie Bober

Noise and resistance – Arte – 03/01/2013 – réalisatrices : Julia Ostertag et Francesca Araiza Andrade

Virginie Despentes, André Lischke – Décibels – France culture 21/11/2004 – réalisateur : Olivier Guérin, productrice : Jeanne Martine Vacher

Rebecca – Mandat Atelier Varan 1983 – réalisatrice : Gunnhill Aasen

Electrochoc : razzia sur le dancefloor – Tracks – Arte 31/03/2011 – journaliste : Julie Terrasson

Sommes-nous encore punk ? Grand bien vous fasse ! France Inter 23/12/2016 – réalisateur : Jean Boulet, producteur : Thomas Chauvineau

Arte rock and the city : Paris – ARTE 16/02/2009 – Réalisateur : Mathieu Duboscq, producteurs : Gérard Pont et Gérard Lacroix – Arte et Morgane Production

Page Printemps de Bourges : exposition punk – Edition Centre Val de Loire 23/04/2017 – journaliste : Arnaud Moreau

Tours : Festival Aucard – FR3 JT soir Orléans 22/05/2002 – journaliste : Olivier Gadeau

Magnétix super guitar heros  – Tracks – ARTE 10/03/2011 – journaliste : Dominique Rebellini

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.